Accompagnement des mineures vulnérables

asi

Le programme vise à identifier puis accompagner les mineures vulnérables, en situation de rue et de prostitution de survie. Ces jeunes filles mineures (les plus jeunes filles accueillies à ASI ont 9 ans) sont obligées de se prostituer pour des raisons économiques, afin de contribuer à la survie de leur famille. Certaines ont été contraintes de quitter leur domicile pour des raisons multiples : violences intrafamiliales, décès ou remariage du ou des parent(s), etc. et se sont donc retrouvées en situation de rue. 

ASI identifie les jeunes filles lors de maraudes organisées, dans chaque ville, deux soirs et un après-midi par semaine. Lors de ces maraudes, un chauffeur, un.e infirmier.e et une travailleuse sociale se rendent sur les lieux de prostitution : lieux de vie parfois gérés par des proxénètes, bars (« nganda »), boîtes de nuit (« VIP »). L’équipe discute avec les filles et femmes, les sensibilise sur les questions d’IST, VIH/Sida, contraception et violences sexuelles, leur distribue des préservatifs et vérifie qu’elles sont en bonne santé. Des bons de référencement, qui leur permettront ensuite de se rendre dans les centres, sont remis aux mineures. 

Les jeunes filles qui arrivent dans les centres d’ASI sont accueillies avec leurs enfants si elles en ont. Elles bénéficient alors d’un accompagnement médico-psycho-social complet, de cours d’alphabétisation, et participent à la vie du centre et aux activités éducatives, sportives ou artistiques, qui sont organisées par l’équipe. Selon les situations, une médiation familiale est proposée aux jeunes filles en rupture. 

Depuis la création des centres, un hébergement d’urgence était prévu pour les plus vulnérables dans les centres, mais cela restait exceptionnel. En 2021, un centre d’hébergement a été mis en place dans chaque ville, ce qui accélère la stabilisation. 

Par la suite, les bénéficiaires stabilisées intègrent le programme de formation et insertion professionnelle (FIP). 

Formation et insertion professionnelle

asi

Le programme de Formation et Insertion Professionnelle (FIP) a pour objectif d’assurer la construction du projet de vie des filles en phase de stabilisation. En effet, grâce aux groupes de parole sur la découverte du monde du travail, les différents entretiens d’orientation et les visites découvertes d’ateliers, ces filles sont aidées à choisir un métier au sein de filières porteuses pour établir leur projet de vie. Ainsi, le programme FIP assure un suivi des filles en formation, et les aide à trouver un stage. Par la suite, l’équipe suit les filles en ateliers et travaille en étroite collaboration avec les artisans formateurs. Des évaluations sont organisées à mi-parcours et en fin de formation en partenariat avec l’Agence Nationale de l’Artisanat (ANA). Un suivi de l’insertion professionnelle est mis en place et permet d’émanciper la bénéficiaire et de la rassurer sur les dernières étapes pour son autonomisation professionnelle et financière finale.

Lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes

Le programme ASI de lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes a démarré en 2017 à Brazzaville et Pointe-Noire. Il a pour objectif principal de contribuer à l’amélioration du respect des droits des filles et femmes congolaises conformément aux engagements internationaux et nationaux du Congo. Il comprend trois principaux axes : prévention, protection et plaidoyer.
– Prévention des violences : ASI a formé des acteurs à la sensibilisation sur les violences faites aux filles et aux femmes : connaitre les différents types de violence, reconnaitre leurs manifestations, identifier leurs conséquences et les moyens de recours. Ainsi, des campagnes de sensibilisation ont pu être menées : réunions de sensibilisation, production et diffusion d’émissions de radio et distribution d’outils de communication. Le programme prévoit aussi de développer et renforcer les partenariats avec les acteurs étatiques (policiers, gendarmes, santé, justice, social) impliqués dans la prise en charge des victimes et avec d’autres organisations de la société civile.
– Protection des victimes : des guichets uniques d’assistance aux femmes et enfants victimes de violence sont établis sur Brazzaville et Pointe-Noire depuis 2017 et assurent la prise en charge holistique des victimes de violence (prise en charge médicale, psychologique, juridique et socio-économique avec un hébergement de transition). Plus de 1000 cas de violence ont été suivis depuis le début du programme.
– Plaidoyer : sur la base des difficultés rencontrées dans l’accompagnement des victimes ou celles rencontrées directement par les victimes, ASI réalise des actions plaidoyer afin de toucher les décideurs politiques et d’assurer une protection de qualité contre ces violences.